Humeur·Recette

Herb’horysons !

Il fut un temps (pas si lointain), où il était courant d’herboriser, c’est à dire d’aller dans la nature pour cueillir des plantes sauvages pour se nourrir ou se soigner. On a tous connu un ancien qui avait la connaissance des plantes de sa région.

Je trouve qu’il serait intéressant de se repencher sur ces ancestrales pratiques, qui présentent le double avantage de nourrir le corps et l’esprit.

A terme, cela pourrait être une des solutions alternative et complémentaire à l’agriculture.

Qui plus est, les plantes sauvages sont plus concentrées en vitamines et autres oligo-éléments que les légumes de culture.

 D’ailleurs, depuis ces dernières années, certains grands chefs les ont réintroduites dans leur cuisine.

Bien sûr, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi : tout comme pour la cueillette des champignons, il faut être prudent afin d’éviter tout risque d’empoisonnement ! Le mieux c’est de se faire initier par quelqu’un d’averti.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler du pourpier sauvage (Portulaca oleacera),

par opposition au pourpier de culture, très facile à identifier (c’est la saison. Ce dernier pousse dans toute la France, à vrai dire il se plaît dans toutes les régions chaudes et tempérées de la planète (Europe, Asie, Amérique, Australie). Vous pouvez le trouver dans des friches, dans votre jardin (comme moi!) , ou sur certains étals de marché.

Au niveau nutritionnel, il est hypocalorique et riche en oligo-éléments ainsi qu’en vitamine C. Il contient également beaucoup d’oméga 3.

C’est un excellent antioxydant, il est diurétique et facilite la digestion.

En phytothérapie, cette plante est utilisée pour prévenir les troubles cardio-vasculaires et pour lutter contre l’acidité gastrique.

Enfin, on le cuisine comme les épinards (cuit ou cru suivant la tendresse des pousses) : en salade, en potage, en gratin, en omelette…

Personnellement, après l’avoir bien rincé et coupé en petits tronçons , je le fais revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive, puis je verse dessus des oeufs battus salés  et poivrés afin d’en faire une omelette.

 Vous pouvez aussi les faire revenir comme précédemment et les accompagner de rondelles de pommes de terre vapeur ou bouillies. Avant de servir, arroser d’une vinaigrette à base de vinaigre balsamique.

Bonne cueillette !

Idées recette : Idée pour utiliser le pourpier 

Une réflexion au sujet de « Herb’horysons ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s