Humeur·société

La mouche du coach

Mais quelle mouche a piqué mes contemporains pour qu’ils ressentent le besoin de s’en remettre à un coach dans tous les domaines de leur vie ?!

Cela a commencé avec le coaching sportif pour une remise en forme, pour perdre du poids ou au contraire pour prendre du volume, puis ça s’est étendu à la vie amoureuse, familiale, professionnelle…

Envie de changer de déco, de look, de vie, de voyager tout simplement, on fait appel aux services du coach adéquat !

Comme si l’on avait perdu tout bon sens, comme si l’on avait perdu tout repère et toute capacité à analyser une situation et à mettre en place une stratégie pour changer ce qui ne nous convient pas ou plus…

Il n’y a pas si longtemps que ça on se faisait conseiller par un membre de la famille, un ami, le médecin de famille, un voisin, un homme de foi, ou par un psy lorsqu’on se trouvait vraiment dans l’impasse.

D’après ce que j’ai compris, la différence serait qu’un coach nous aiderait à mobiliser nos propres ressources et à les exploiter, de manière à être rapidement autonome sur  le terrain.

N’est-ce pas là le travail du psy ? Le coach intervient dans un domaine bien précis de notre vie que l’on souhaite voir améliorer, et non sur l’ensemble de notre fonctionnement.

Qui plus est, il s’agit d’un travail à court terme, et le temps où l’on passait  (hélas trop souvent en vain) sa vie en analyse est révolu.

Les méthodes et les titres changent, mais ne sont ce pas les même psy qui officient derrière leur casquette fluo de coach ?

Pourquoi pas, car la démarche ainsi dédramatisée (souvenez vous de la fameuse phrase : « Mais ça ne va pas, je ne suis pas fou (folle), je n’ai pas besoin de voir quelqu’un ! ») parait moins formelle, plus ludique et plus efficace ?!

Il fut un temps ou l’on passait sa vie à ressasser le passé dans le but d’aller mieux dans le présent ! Un non sens (on s’en rend bien compte en prononçant cette phrase) ! Comment être présent au présent quand on s’absente dans le passé…

Aujourd’hui on tache de se recentrer sur le ici et maintenant, et on apprend à gérer ses émotions sur l’instant. Cela me paraît plus approprié si l’on cherche à être heureux en tout cas !

En revanche le titre de coach n’est pas protégé : suivant le domaine, à peu près n’importe qui peut s’octroyer ce titre, attention aux imposteurs et autres gourous en campagne !

Il me semble tout à fait salutaire et courageux de faire appel à un tiers lorsque l’on n’arrive pas à faire face à un problème seul. Cependant il faut garder à l’esprit que jamais personne ne nous délivrera un mode d’emploi de l’existence, la vie n’est pas un produit livré avec notice d’utilisation ! A chaque individu sa recette du bien vivre ! Et nous avons tous au fond de nous des ressources insoupçonnées et bien souvent inexploitées à exhumer : la clé est en nous…

Redonnons du sens à nos vie, fions nous à notre bon sens, à notre instinct, soyons un bon parent pour nous même confiant, bienveillant et ne ratons plus le co(a)ch(e) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s